mercredi 26 mars 2014

L'avis de Sylvain : "La valse des odieux"

Aujourd'hui Sylvain Johnsonauteur québécois de thriller, nous donne son avis sur l'une de ses dernières lectures. La littérature québécoise est à l'honneur ! 



• "La valse des odieux" - Sylvie-Catherine De Vailly - thriller - littérature québécoise 

Voici l’entrée en matière du roman : Bernadette n’a que 12 ans lorsqu’elle se lie d’amitié avec Augustine, qu’on surnomme affectueusement « la vieille demoiselle ». Celle-ci visite régulièrement la gamine en convalescence. Une passion commune les unit, les livres. Un jour, Bernadette attend Augustine en vain. Sa disparition coïncide avec une série d'incendies et d'autres éléments troublants. Jeanne Laberge est chargée de l'enquête. Première femme inspecteur au Québec, elle tentera de faire ses preuves dans un monde typiquement masculin, mais une réalité bien sordide l'attend. Ce roman grand public de Sylvie-Catherine De Vailly est inspiré de faits vécus. Cette sombre affaire, pleine de rebondissements inattendus, hante la narratrice depuis son plus jeune âge. Elle s'en libère, mais peut-on se libérer totalement d'un si horrible secret ?



> Mon avis : 
Voici donc une histoire vraie ! L’auteur s’assure de nous le faire comprendre dès le début, dans l’introduction, de la voix d’une adulte qui décide de nous raconter un épisode de son enfance. C’est un témoignage qui saura éveiller votre curiosité.

La construction du récit est centrée autour de deux personnages principaux : La petite Bernadette qui nous parle directement au « Je » et de l’inspecteur Laberge dont on suit les aventures. La narration de l’adolescente est intimiste, supportant avec habileté la psychologie d’une enfant de cet âge, comportant un soupçon de naïveté et une curiosité sans cesse renouvelée. L’inspecteur Laberge possède de grandes qualités humaines et l’attrait d’un personnage de série, ce qu’elle est sur le point de devenir. Une autre aventure de la détective est prévue pour bientôt. Les deux protagonistes principaux jouent bien leurs rôles, sans tomber dans les clichés si faciles dans le genre littéraire. Au cours du récit, d’autres personnages viendront temporairement s’ajouter pour soutenir nos héroïnes dans cette histoire.

Un des éléments du texte qui m’a aussi grandement plu est le choix d’un petit village Québécois pour y situer l’action. C’est une fenêtre ouverte sur la vie paroissiale d’une collectivité simpliste, tout juste avant l’ère des horreurs médiatiques qui viendront dans les décennies suivantes. Ces petits îlots de quiétudes sont universels, se retrouvent dans tous les pays et nous permettent de nous souvenirs de temps meilleurs où nous pouvions laisser nos portes déverrouiller.

J’admire la plume de Sylvie-Catherine, très efficace, et son choix de mots, d’expressions et de descriptions. On devine la touche féminine dans certains détails, ajoutant un dégrée de profondeur difficile à atteindre pour un écrivain masculin.

C’est un roman qui se lit très bien, comportant quelques expressions québécoises sans tomber inutilement dans le joual indéchiffrable pour nos cousins Français les moins habitués à notre dialecte.

Une des particularités du roman est de faire évoluer les personnages dans une époque où les mentalités concernant le rôle des femmes étaient en plein changement. Dans un monde de phallocrates, nous suivons deux personnages féminins dans un univers masculin qu’elles profanent par leur désir d’indépendance et leur ambition.

Côté actions, le rythme d’abord lent accélère à mesure que l’histoire approche son dénouement, les suspects défilent les uns après les autres et de grosses surprises nous attendent. C’est une enquête intelligente que mène notre détective et la fin saura vous satisfaire.


Citation : 
« Elle me répète sans relâche qu’une des plus grandes tristesses que l’on peut ressentir dans son existence est celle de constater que l’on n’a pas eu la vie qu’on aurait souhaitée. » p.105

Ma note : 7.5/10


> Quelques mots sur Sylvie-Catherine de Vailly :
Anthropologue de formation, Sylvie-Catherine De Vailly est l'auteure d'une vingtaine de livres jeunesse. En 2011, elle a obtenu le prix Jeune Public des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière. La valse des odieux est son second titre pour adultes. Vous pouvez suivre l'auteure sur les réseaux sociaux.


Retrouvez Sylvain Johnson sur son site
________________________________

1 commentaire: