jeudi 6 août 2015

Chronique d'AZ pour le thème LA FEMME

J'ai 100 ans et je voudrais vous dire... de Soeur Emmanuelle avec Jacques Duquesne et Annabelle Cayrol

4e de couverture :
Sœur Emmanuelle, aurait eu 100 ans le 16 novembre 2008. Elle est décédée quelques jours avant cet événement, suscitant une vague d'émotion sans précédent.
Elle avait accepté de donner, à cette occasion, un message tirant les leçons du siècle qu'elle avait vécu, contant sa vie de foi, les difficultés qu'elle avait rencontrées et l'espérance qui l'animait. Ce document unique est le reflet de son énergie, de son goût de vivre demeurés intacts jusqu'au bout d'une vie d'exception. Bien plus, à l'approche de cet anniversaire si marquant, elle parle plus librement que jamais et lève de nombreux voiles sur sa vie.
Des confidences parfois savoureuses, souvent étonnantes mais toujours émouvantes.

Mon avis :
A l’occasion de la journée de la femmes, Parlons Livres a proposé une lecture commune. Le thème : La femme ! J'ai donc choisi de chroniquer ce livre pour la circonstance.

C'est d'abord pour son titre, que j'ai choisi ce livre lorsque je l'ai trouvé chez mon libraire habituel. Peut-être que je prévoyais déjà une lecture commune, mais sur un autre thème, puisque le même jour, j'avais aussi emporté Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ;-)

Dans ce livre, présenté comme une interview, Soeur Emmanuelle nous livre le bilan du siècle qu'elle a traversé... son bilan, sa vie, sa traversée !

Elle a su y mêler des détails sur sa vie, ainsi que de grandes valeurs...

Et bien qu'il s'agisse d'une femme de foi, sa croyance en Dieu n'est pas la seule valeur importante qui ressort de ce livre. C'est d'ailleurs une femme, ouverte d'esprit, qui accepte que l'autre puisse avoir ou non une croyance différente de la sienne.

On y apprend donc comment Madelaine Cinquin est devenue Soeur Emmanuelle, ainsi que la raison du choix de ce nom.

Mais ce livre, au travers du témoignage de Sœur Emmanuelle, au caractère pourtant bien trempé, nous recentre également sur des valeurs fondamentales qui se perdent : l'Humanisme et l'Amour !

Tout au long de la lecture, je me suis sentie présente, pas comme si j'écoutais une interview radiophonique ou que je regardais un reportage télévisuel, mais bien là... à Paris, à Bruxelles, en Angletterre, en Turquie, en Tunisie, en Égypte et dans les bidonvilles !


Petite anecdote : Juste avant de lire J'ai 100 ans et je voudrais vous dire... j'ai lu L’Éclaireur d'Isabelle Vouin. Un livre qui m'a été conseillé par Lutinielle (voir sa chronique).

Ce livre qui m'avait déjà plongée au cœur de l'Afrique et de sa misère, j'avais choisi de le lire, pour les valeurs qu'il véhiculait et il a su me tenir en haleine jusqu'à la fin. Voilà ce que j'en avait dis rapidement à mon amie : « Je crois que ce sont les 50 dernières pages qui m'ont fait le plus battre le cœur ! »

Revenons à J'ai 100 ans et je voudrais vous dire... C'est parce que c'est une femme de Respect et d'Amour, avec qui j'aurais aimé partager les mêmes valeurs que ce livre m'a énormément touchée.

Note : 8/10

Extraits choisis :

Être adulte, c'est être seul, le savoir et l'accepter. C'est admettre qu'on est responsable de sa vie, de ses actes, de ses choix.

Mais il faut que la femme parvienne à être elle, à sortir d'elle-même ce qu'elle a d'essentiel dans l'esprit, le caractère et le cœur, qu'elle puisse le manifester, qu'elle ne se laisse pas faire. Elle doit y arriver, S'acharner. Avec finesse, bien sûr.


Mettre un enfant debout aujourd'hui, c'est aider demain l'homme ou la femme à marcher droit, sereinement, sans être freinés par des déficiences, des faiblesses, des ignorances.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire