vendredi 4 avril 2014

L.C. : Nos avis sur "Les chats et les livres"

Bonjour à tous :) 
Il y a quelque temps nous avons lancé une lecture commune autour "des chats et des livres", et aujourd'hui il est temps de donner nos avis :) 

Les participantes sont : 
> Ka Horus qui a lu "Sacrés Chats !" de Terry Pratchett. Noté : 7/10
> Langue Déliée avec "Vieux, râleur et suicidaire : La vie selon Ove"de Fredrik BackmanNoté : 6/10
> Mélissa qui a lu "Les chats ont-ils un nombril ?" de Paul Heiney. Noté : 5/10
> Partricia avec "Le chat qui faisait la bombe" de Lilian Jackson Braun. Noté : Déception !
> Sophia pour "Contes du chat pervers"Ellen Datlow. Noté : 8/10



 


LES 4ème DE COUV. 
> "Sacrés Chats !" - Terry Pratchett (et Gray Joliette illustrateur)
4ème de couv. : "Vous aimez les chats ? Alors vous adorerez ce manifeste en faveur des Vrais Chats, ceux qui font la fierté et la renommée de la gente féline : ces bons vieux matous aux oreilles dentelées, ces petites bêtes un peu hautaines au caractère bien trempé, mais aussi ces boules de poils adorables qui ronronnent tendrement sur vos genoux. Les heureux possesseurs de félins y apprendront enfin pourquoi les Vrais Chats détestent tellement les voyages en voiture, pourquoi ils adorent saccager les plantations, pourquoi ils s’installent toujours sur le magazine que vous êtes en train de lire, pourquoi ils entendent la porte du réfrigérateur s’ouvrir même depuis l’autre bout de la maison, etc… 
L’auteur apporte des réponses toujours très drôles et illustrées de façon inimitable !"


> "Vieux, râleur et suicidaire : La vie selon Ove" - Fredrik Backman - roman - littérature suédoise
4ème de couv : "Toutes les tentatives de suicide de Ove, un veuf, sont arrêtées par ses nouveaux voisins, une iranienne, son mari et ses deux enfants. La vie de ce vieux monsieur au sale caractère avec ses principes hérités de son père, va être bouleversée de manière inattendue. 
A cinquante-neuf ans, Ove se sent vieux. Veuf, grincheux et dépressif, il n’attend plus qu’une seule chose de la vie : la mort ! Depuis que sa femme est décédée et qu’il a été licencié, il erre dans sa maison, fait des rondes de sécurité dans le quartier pour vérifier que tout est en ordre, engueule les résidents de son lotissement et se sent atrocement inutile, au point de décider d’en finir. Mais entre la corde qui cède alors qu’il s’apprête à se pendre et un chat de gouttière impertinent, ce n’est pas si simple. Sans compter que ses nouveaux voisins, Parvaneh, une jeune Iranienne, son mari et leurs deux charmants enfants, dérangent Ove en permanence et interrompent chacune de ses tentatives de suicide – ce qui le met dans une rage folle. Bref, Ove n’est pas près d’accéder au repos éternel."

> "Les chats ont-ils un nombril ?" - Paul Heiney
4ème de couv. : "Du mucus transparent qui vire au vert fluo quand on a la grippe ? Et l'œuf de poule, un véritable Indiana Jones : comment fait-il pour ne pas casser au moment de la ponte ? Vous rêvez de devenir astronaute, mais où commence l'espace ? Oh surprise, à portée de voiture. Au fait, les arbres peuvent être frappés par la foudre, mais pas par le cancer ? En voilà une question ! Et il y en a bien d'autres dans cet ouvrage, suite du célèbre " Pourquoi les vaches ne peuvent-elles pas descendre les escaliers ? ". La mission reste la même : éclaircir toutes ces énigmes scientifiques qui font le quotidien. Dénouant les mystères cachés derrière les choses que nous considérons comme allant de soi - des Esquimaux qui résistent au froid aux mouettes explosives, du premier humain sur Terre au linge qui se faufile en machine - " Les chats ont-ils un nombril ? " explique de façon simple et ludique pourquoi le monde est ce qu'il est... Ce livre est donc le cadeau idéal pour les accros aux quiz, les fanas de science, les éternels curieux et pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin au monde qui les entoure."

> "Le chat qui faisait la bombe"Lilian Jackson Braun - Polar
4ème de couv. : "Alors que la ville de Pickax s'apprête à fêter ses cent cinquante ans avec force parades et autres réjouissances, Koko s'est inventé quant à lui un étrange nouveau passe-temps : se jeter du haut des balcons, comme une véritable bombe, et atterrir ainsi dans les endroits les plus bizarres... Jusqu'au jour où il dégringole sur la tête d'un jeune homme venu rendre visite à ses oncle et tante, Nathan et Doris Ledfield, un couple fortuné. Mais voilà qu'un ouragan menace les festivités, et que les Ledfield se meurent d'une mystérieuse maladie... Du travail en perspective pour Qwill, d'autant que la ville de Pickax, comme si les agissements de Koko l'avaient auguré, est sur le point d'être frappée par une bombe !"

> "Contes du chat pervers"Ellen Datlow - Nouvelles
4ème de couv. : "Le chat... Qui n'a jamais été fasciné ou ému par un tigre ou une panthère miniature ? Tous ceux qui en possèdent un - ou plutôt : tous ceux qui sont possédés par cette troublante créature - s'imaginent entretenir avec elle des rapports privilégiés, ténus, quasi mystiques. En réalité, le chat n'a jamais été réellement domestiqué : les yeux mi-clos, il semble dormir. En fait, il attend son heure. Vénéré par les anciens Egyptiens, haï et massacré durant l'Inquisition, le chat demeure insaisissable. Qui, de l'homme ou du félin, est le prédateur le plus redoutable ?"


NOS AVIS 
 > L'avis de Ka Horus sur "Sacrés Chats !" - Terry Pratchett (et Gray Joliette illustrateur)
J’ai vraiment passé un agréable moment avec ce livre. Cela fait un bout de temps que je voulais lire du Terry Pratchett et commencer avec ce genre n’a fait que conforter l’idée que j’aimerais ses prochains bouquins.
Depuis petite j’ai toujours vécu avec des chats à la maison, chacun ayant leur propre personnalité, et je pense que certains propriétaires pourront se retrouver dans certaines situations : les « cadeaux » déposés sur le pas de la porte, lui offrir un jouet pour qu’il n’y joue au final que quelques minutes…
Abordé avec humour, l’auteur nous dit pourtant ne pas aimer les chats, mais qu’il en possède un juste pour chasser les chats du voisinage, ce qui est une assez bonne méthode en soit non ? Ceux qui aiment les chats ou qui en possèdent, liront ce livre avec le sourire aux lèvres à chaque page.
A ne pas offrir à ceux qui ont l’intention d’en avoir, ça pourrait les dissuader !!
Note : 7/10


Citations : 
« Un jeu simple et très prisé des chats. Les archéologues confirment qu’il est aussi ancien que…le ciment mouillé lui-même. Il s’agit de déniché du ciment mouillé quelque part et de courir à travers. Les joueurs font alors preuve de plus ou moins d’imagination et d’habilité. Un maximum de points est obtenu si les jolies traces de pattes sont clairement visibles et – comble du savoir-faire – trop éloignées pour que le maçon puisse désormais les effacer. »

Parlant de la première apparition du chat dans l’histoire :
« Imaginez la situation : vous êtes là, le front comme un balcon, inquiet quant à l’influence du feu – qui vient d’être inventé – sur l’environnement ; la plupart des grands animaux vous poursuivent pour vous dévorer et là, subitement, apparaît une version miniature des plus féroces d’entre eux, qui entre dans votre grotte et commence à ronronner. […]
Le premier chat qui fit irruption dans une grotte a survécu grâce à l’effet de surprise. Il fut, en effet, le premier animal que l’homme ait jamais vu ni s’enfuir à son approche ni lui sauter dessus en bavant d’appétit. Non ! Ce petit animal-là, savait déjà que les hommes aimeraient les chats. »


Petits mots sur l’auteur :
Terry Pratchett est un écrivain britannique. Il est principalement connu pour ses romans de fantasy humoristique prenant place dans l’univers du « Disque-monde », dans lequel il détourne les canons du genre pour se livrer à une satire de divers aspects de la société contemporaine.



 > L'avis de Langue Déliée sur "Vieux, râleur et suicidaire : La vie selon Ove" - Fredrik Backman - roman - littérature suédoise
"J'ai choisi de partager avec vous mon avis sur ce livre car "le chat" est présent sur la couverture et à également une importance dans l'histoire de ce roman.
Ce qui m'a attiré, c'est le titre : "Vieux râleur et suicidaire". Ca m'a fait sourire.
Dès le début on fait connaissance avec le personnage principal qui est une vrai "tête à claque". Pour le coup le titre "vieux râleur" lui va comme un gant. J'aime beaucoup. Au fur et à mesure on apprend à le connaitre, à le découvre son histoire, il devient attachant et touchant.
Nous suivons uniquement le point de vue du "vieux râleur", à la 3ème personne. Plus on avance dans l'histoire plus on rencontre son univers, de nouveaux personnages, son monde se construit. Nous passons du présent au passé de façon clair ce qui est très bien pour la compréhension.
Si ne n'ai mis que 3 c'est simplement parce que je suis un peu rester hors du livre malgré avoir passé un bon moment. Plusieurs fois j'ai posé le livre sans que cela ne me pose de problème.
J'ai bien aimé l'écriture de l'auteur qui est légère et fluide. Ca se lit très bien et fait sourire. Toutefois, je m'attendais à rire d'avantage, mais bon... L'histoire est bien ficelée et on nous apporte les éléments petit à petit. On ressent de la de la douceur dans cette histoire.
En histoire de fond on retrouve une comparaison entre la "mentalité à l'ancienne" contre la "mentalité actuel". On retrouve également des comparaisons sumpas. 
Une autre chose m'a dérangé c'est le fait qu'en début de chapitre on retrouve un petit titre et pour ils en disent beaucoup trop car à chaque fin de chapitre on a un peu de "suspens" qui est est tout de suite fauché.
Je conseille ce livre en lecture de plage, pour passer un bon moment avec un vieux râleur qui n'accepte pas sa vie jusqu'à… Chuttttt ! je ne vous en dirais pas plus :D Lisez-le !"
Ma note : 6/10
Citation : "Quand il la tanguer sur ses talons de la taille d'une clé à douille, maquillée comme une voiture volée, avec des lunettes de soleil aussi larges qu'un casque, elle lui fait penser à un panda ivre."

> L'avis de Mélissa sur "Les chats ont-ils un nombril ?" - Paul Heiney
"Le titre me laissait présager un bon moment de détente. Je m'attendais à tomber sur des explications un peu loufoques... 
J'ai très vite déchanté. Peut-être que mon a-priori a prédisposé mon avis, mais en tout j'ai été déçue. 
Les questions posées ne sont pas toujours très utiles, ni très intéressantes. Et les réponses apportées sont, bien entendu, très sérieuses. Tellement sérieuse qu'il m'est arrivé de décrocher, car les explications devenaient même parfois trop scientifiques pour moi. Bien que ce soit un tout petit livre (154 pages), cette lecture m'a vraiment semblé très très longue. Je reste donc sur ma faim de fantaisie, hélas."

Note : 5/10



> L'avis de Partricia sur "Le chat qui faisait la bombe" - Lilian Jackson Braun
"J’ai choisi et lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune sur le thème du chat organisé par ma copinaute Langue Déliée. Il s’agissait de choisir un livre ayant un chat pour héros, ou parlant des chats, ou contenant ce mot dans le titre ou encore avec une image ou photo de félin sur la couverture. Celui que j’ai choisi remplit toutes ces caractéristiques à la fois et en plus c’est un polar, donc tout ce qu’il faut pour me réjouir normalement.
Jim Qwileran, dit Qwil est chroniqueur au Quelque chose du comté de Moose, c’est aussi l’homme le plus riche du centre Nord Est des USA et surtout l’heureux propriétaire de Koko et Yom-Yom, deux chats siamois pas piqués des hannetons. Il faut dire que cela se passe dans la ville de Pickax, la voisine de Brr, toutes deux fondées par des pionniers et toujours en rivalité. Pickax est une ville où les chats sont rois, elle va fêter son centcinquantenaire et de nombreuses réjouissances sont prévues au programme comme des parades, des fêtes de famille et des ventes aux enchères. Nous suivons par le menu l’organisation de ce programme dont Qwil est un des pivot.
Une tricoteuse d’un village alentour a le don de double vue depuis qu’elle est devenue veuve et prédit qu’il y aura un ouragan, un coup de feu et des meurtres lors de la fête. De toute façon, pas besoin d’enquêter, d’une part la tricoteuse l’a dit et d’autre part Koko possède le don de signaler les crimes par un miaulement particulier. Et bien sûr il a signalé les deux crimes en question, quant à la police, elle est occupée par un attentat contre les bacs de fleurs de la ville.
Nous sommes dans un univers qui lasse même les amoureux des chats, on se croit parfois dans Oui-Oui tant c’est enfantin et plutôt ridicule. Ce livre va agacer tous ses lecteurs âgés de plus de dix ou douze ans, il semble tout droit sorti de la bibliothèque verte, pour ne pas dire rose. Quant au suspense, il y en a nettement plus dans Le Club des cinq, c’est dire si un lecteur adulte et amateur de polars va y trouver son compte. Le sommet est atteint dans la description de la préparation et de la vente aux enchères des chatons. L’auteur décrète que ce que le commun des mortels appelle un panier de transport est la "limousine" des chats. Elle est tellement contente de sa trouvaille que le mot "limousine" (dans cette acception) est répétée au moins quarante ou cinquante fois sur les quinze pages qui parlent de cette vente aux enchères.
Pas besoin d’en dire plus pour démontrer le peu d’enthousiasme suscité par ce livre, mais je ne voulais pas en rester là, car cette série comporte de nombreux volumes, donc elle a vraiment trouvé son public. De plus, je suis une grande fan de la collection Grands détectives de 10/18, qui nous ont habitués à d’excellents polars et non des navets tout droit sortis de la bibliothèque rose. Donc au premier degré, ce livre convient très bien à des enfants de dix ou douze ans amis des chats, mais les adultes doivent le lire au second degré. Et je pense qu’à ce niveau il s’agit d’une critique acerbe des riches américains, car à Pickax, tout le monde est très riche, on se livre à des galas de charité et autres ventes aux enchères où l’on paie très cher des objets très courants, le bénéfice étant reversé à des oeuvres caritatives. Je pense que le passage des chatons dans leur limousine en est un indice. A la fin du livre, on inaugure un musée dont l’entrée coûte cinq cent dollars qui va dans le même sens.
Une autre clé de lecture nous est fournie par l’interview de l’auteur par Qwil où elle exprime ses regrets de ne pas avoir écrit du théâtre absurde et se réfère à ces dramaturges (IonescoJarry et Beckett), donc son univers s’inspire de ce genre littéraire (vous ne serez sans doute pas surpris de lire que je n’apprécie guère ces pièces !). Pour ma part, je préfère très très nettement les vrais polars destinés aux adultes dans lesquels il y a de l’action et pour lesquels il n’y a pas besoin de se torturer les méninges pour trouver un sens caché. Je lirai sans doute un autre titre de cette série quand je n’aura plus rien à lire et surtout pour confirmer ou infirmer cette très mauvaise opinion."
Note : Deception !



> L'avis de Sophia  sur "Contes du chat pervers" - Ellen Datlow
"Bonjour, je viens vous faire découvrir ma lecture commune sur les chats- j'ai choisi le livre " CONTES DU CHAT PERVERS" une anthologie de ELLEN DATLOW- ce recueil regroupe 23 histoires fantastique mettant en scène les chats- il y a en a pour tous les goûts, des courtes, des longues, il y en a même une de STEPHEN KING- du fantastique de l'horreur, un peu mais très peu qui ne m'ont pas plus- ma préféré bien sur c'est celle de STEPHEN KING- un chat revenu de l'enfer, il est vraiment terrible ce chat-- la morale de cette lecture c'est qu'il faut vraiment faire attention aux chats, ils viennent vraiment d'un autre monde. En les étudiant de prés on aurai beaucoup à en apprendre. Cette anthologie est vraiment superbe, je donnerai un 8/10 -- pour finir une citation qui laisse à réfléchir " Si l'on pouvait croiser l'homme avec le chat, l'homme y gagnerait mais, pour le chat, ce serait une catastrophe" bonne lecture"
Note : 8/10

Et vous, qu'avez-vous lu ? Qu'en pensez-vous ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire