mardi 29 septembre 2015

L'avis de Ramettes : La Reine des lectrices

Alan Bennett
Folio 5072, 2010, 122 p., 4,60 €




4e de couv.
Que se passerait-il outre-Manche si Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture? Si, d'un coup, rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne à négliger ses engagements royaux?
C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les sœurs Brontë, Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'œil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde so British de Buckingham Palace s'inquiète. Du valet de chambre au prince Philip, tous grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor.
Un succès mondial a récompensé cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.


Ma chronique :
Il y a longtemps que je veux lire ce roman et je me suis dit qu’avec un titre pareil il avait sa place dans parlons livres.
J’adore l’humour de cet auteur et comment il démonte les situations banales et de la vie quotidienne en faisant faire à ses personnages un pas de côté.
Dans les deux nouvelles de « So Shocking » nous avons le thème de la sexualité ou quand le privé devient public.
Dans « la mise à nue des époux Ransome »  à partir d’un cambriolage un couple va partir en vrille… une radiographie de la société anglaise.
Mais revenons en à « La Reine des lectrices », Alan Bennett met en scène The Queen en personne. Une institution, une intouchable avec tendresse et un certain franc parler il s’attaque aux dirigeants qui sont brifés avec les petites fiches préparées par les assistants, qui sont coincés dans des carcans.
La Reine est une femme de devoir, il y a des choses qu’elle  ne peut se permettre. Elle dirige mais elle-même est dirigée par sa fonction et une cohorte de conseiller en tous genres.
Même à la veille de ses quatre vingt ans elle ne doit pas transgresser les règles, elle doit faire ce que l’on attend d’elle.
Mais voilà Alan Bennett qui jouer à « et si… » et fait faire un pas de côté à la Reine. Elle découvre la lecture plaisir… On s’identifie très vite si on est lecteur. Je me suis revue dans mes premiers pas de lectrice adulte où certains textes nous impressionnent, ou d’autres que l’on relit plus tard avec une certaine maturité de lectrice et que l’on réalise qu’on était passé à côté de beaucoup de choses.
On enchaîne une série de situations plus ou moins embarrassantes ou on rit volontiers…
Dès la première page le ton est donné… la reine demande pendant une rencontre officielle au président de la république française ce qu’il pense de Jean Genêt… on frôle l’incident diplomatique… d’ailleurs je me demande de quel président il s’agit !
Encore une fois l’homosexualité et l’hypocrisie sociale donne lieu à mise en avant très intéressantes.
La place, voire l’absence, de la culture dans la politique est un sujet développé qui n’est pas sans rappeler les choses vues et entendu aujourd’hui encore.
Alan Bennett met en scène les mécanismes qui régissent la vie des courtisans et autres conseillés, comment on déplace les gens au gré de leur influence.
Au-delà de cela nous avons aussi toute une réflexion sur la création littéraire, la place du lecteur dans le processus d’écriture. Acteur passif ou actif ? A quoi sert la lecture ? Qu’apporte t-elle ? Quelles sont ses limites ? Doit on passer un jour de la position de lecteur averti à écrivain ?
J’ai adoré les annotations et les carnets de réflexions qui petit à petit font leur apparition, parce lire ne suffit plus.
Les grands de ce monde on vécu tant de chose qu’on pense immédiatement à l’écriture de mémoires mais que ce passerait-il s’ils s’aventurait dans d’autres genres littéraires ?
Ce qui m’a plu dans ce court roman c’est la progression, ce n’est pas une succession de gags, il y a tout un cheminement dans la pensée, une réflexion sur la place de la lecture dans notre vie sans prétention.
On retrouve aussi des questions : qu'avons nous fait de notre vie ? Sommes passés à côté de choses importantes ? Avons nous droit à une seconde chance le grand âge venu ? Sommes nous libres de nos choix ?
J’espère vous avoir donné envie de découvrir cet auteur.
Bonne semaine et bonne lecture.

Vous avez lu ce roman ou un autre de Alan Bennett venez nous en parler.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire