mercredi 19 octobre 2016

L'avis de Ramettes : Trop Fort, Victor !



http://www.lesincos.com/

Mikaël Ollivier
Editions Thierry Magnier, mai 15, 48 p., 3,95 €
Prix des Incos classe de CE2-CM1
4e de couv. :
Tout le monde ne parle que de ça, chacun a son avis, son analyse, tout le monde sauf Victor : prise d’otages dans un collège par des hommes armés. À la maison pas de télé, sa maman est contre, contre les téléphones portables pour les enfants aussi. Il se sent bien seul, Victor, dans ces moments-là, et il attend avec impatience le retour de son père qui aura sans doute bien des choses à lui raconter à propos de ce fait divers…
Écrit depuis un bon moment, ce texte résonnera sûrement différemment aujourd’hui, mais son humour et le point de vue du narrateur le gardent loin du drame.



Ma Chronique :

Un tout petit livre par le format mais un sujet fort. Et cette couverture qui met au centre le petit Victor encerclé !


Victor est en CM2. Il vit avec ses parents. Il nous raconte comment sa maman enceinte est encore plus inquiète que d’habitude. Elle essais de le protéger en lui transmettant certaines valeurs. Manger sainement des produits bios ou issus du commerce équitable, pas de téléphone, pas de jeux vidéos pas de télévision. Mais voilà on a beau vouloir protéger nos enfants, ils vivent en société. Alors Victor ruse pour rester « connecté » avec l’actualité. Entre autre, il écoute le son de la télévision de sa voisine à travers le plancher.



Il se passe des choses graves à une centaine de km de la maison. Une prise d’otage dans une maternelle. Au-delà du drame qu’il suit sans pouvoir en parler avec sa mère, on sent qu’il se joue quelque de plus intime. On est dans les non-dits.

L’absence du papa ne fait qu’augmenter la tension dramatique. Il n’est pas là le jour de son anniversaire, il lui envoi juste un sms. L’auteur nous focalise sur la frustration de l’enfant. Mais la maman est de plus en plus stressée. Mais rien n’est dit…

Plus Victor suit les informations sur cette prise d’otage, plus on sent l’atmosphère s’alourdir.

L’auteur a su créer une ambiance tendue qu’il fait tomber d’un coup pour mieux nous dévoiler ce qu’il fallait comprendre entre les lignes. C’est très subtil. On finit avec une belle notre d’humour… « Trop fort Victor» !

C’est un texte qui m’a surpris car il s’adresse à des enfants dès 8 ans. Mais au vu de toute la violence que déversent les journaux de télévision on se dit que la réalité est encore plus violente pour certains enfants qui n’ont pas de « filtre » parental pour les aider à décrypter ce qui se passe autour de nous entre autre en ce qui concerne les attentats de ces derniers mois.

L’enfant fait partie de la société, il y vit, il y voit des choses et il les interprète comme il peut.



A bientôt pour un autre titre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire